Yves Letoret   Bukut à Baïla   chez les Diolas de Casamance Sénégal

    25 photo en bas de page   
ACCUEIL.ÉVÈNEMENTS.INVITÉS.PHOTOS.AUDIOVISUELS courts.AMAZIGH.
Baïla est un village Diola de Basse-Casamance sur la rive droite   du fleuve Casamance, à 40 klm de la côte
Atlantique.  Août 2007 a été une date importante pour tous les villageois qui ont célébré leur BUKUT , fête
initiatique dont la dernière en date remonte à 1971. Le BUKUT se déroule tous les 30/35 ans environ et se
prépare plusieurs mois à l’avance…
C’est le Conseil des Anciens du village qui en fixe le moment, cela toujours pendant l’hivernage (saison des pluies)

La société Diola traditionnelle accorde une extrême importance à la religion et à l’esprit communautaire.
Elle est en majorité chrétienne et toutes les croyances animistes ancestrales ont été préservées.
Les Eléments Naturels représentent constamment  une FORCE VITALE formant un TOUT.
Pour les Diolas,il n’y a qu’ UN SEUL DIEU n’ayant aucune forme visible et qui est avant tout Force et Esprit
empreint de grande sagesse.
Au cours du BUKUT ,les initiations spirituelles,sociales,religieuses seront dispensées aux futurs initiés par les
féticheurs et anciens initiés afin de les préparer à leurs futures participations à la vie communautaire.
Pendant les semaines précédant l’entrée dans le Bois Sacré,tous les futurs initiés accompagnés des anciens,
famille, amis vont répéter de jour et de nuit danses et chants ponctués des détonations incessantes des
EMPIMBEN  (petits canons artisanaux)  afin de se mettre progressivement en parfaite communion.

Lors de ces rites,les costumes, pagnes, masques symboliseront l’incarnation des Génies et esprits.
Lors des préparatifs, le plus souvent les mères ont composé des airs que chanteront leurs enfants pendant
un rituel où circulera  le « Buyeet » pièce de tissu traditionnelle.
Nombre de futurs initiés confectionnent leurs masques (souvent appelés FULUNDIUM) où le rouge domine et
comportant cornes de bœuf, miroirs, cauris nombreux et larges colliers de perles.
Le jour de l’entrée au Bois Sacré un féticheur prélèvera quelques cheveux à l’initié et les déposera près du
fétiche de la case familiale. Ainsi l’initié sera lui aussi sous la protection du fétiche.  Les fétiches restent toujours
le rempart spirituel contre les menaces de tous ordres.
Familles et amis accompagneront les initiés jusqu’à un certain point en direction du Bois Sacré.  Ils ne pourront
aller plus loin.  Au delà Féticheurs et initiés anciens prendront le relais tout comme pour assurer la transmission
de l’eau et de la nourriture approchées du Bois Sacré par des cohortes de femmes et de jeunes.
La circoncision pratiquée, éliminera symboliquement toute féminité.
Au Bois Sacré, les initiés pourront rester de une à plusieurs semaines, en fonction de la décision des Anciens et
la vie y sera rude.  Pendant ce temps au village, les fêtes chants et danses continueront, jour et nuit.  De nombreux
bœufs seront sacrifiés…
Une fois l’initiation accomplie et la sortie du Bois Sacré réalisée, les nouveaux initiés pourront, en fonction de
leur âge, avoir accès aux droits et prérogatives spécifiques de la communauté dans le respect des préceptes
édictés par les Anciens.
Puis,chacun retournera à ses activités agricoles  et / ou d’élevage.
Et….remboursera les dettes contractées pour ces fêtes exceptionnelles.
24 photos                                                                                      Yves Letoret
@ contacter Yves.